Lettres d'Indochine 1946 - 1948
François Gilard

DISPONIBLE CHEZ VOTRE LIBRAIRE A PARTIR DU 1ER JUILLET 2022

Lettres d'Indochine 1946 1948

Lettres d'Indochine 1946 - 1948

François Gilard

Mai 1946, le lieutenant François Gilard s’embarque à bord du Pasteur à Marseille, pour Saïgon qu’il rejoint le 15 juin 1946.

Jeune officier volontaire pour l’Indochine, il est incorporé dans la première Brigade d’Extrême-Orient qui doit pacifier le Sud Annam. Propulsé chef de poste, il a pour mission avec sa section de partisans de protéger les populations locales, alors qu’il découvre le pays et ses habitants.

Durant deux ans, il entretient une correspondance très régulière avec ses parents restés en France. Ce sont ses « lettres d’Indochine », complétées du journal qu’il tient aussi à l’époque, qui sont aujourd’hui publiées. Elles entrainent le lecteur à la découverte du Sud Annam, son relief et ses populations, juste avant et au moment des premiers affrontements avec le Viet Minh.

Les lettres d’Indochine 1946-1948, documents subjectifs, partiels, édulcorés, témoignent de façon très vivante d’un quotidien en opérations, mais aussi d’ambiances et d’états d’esprit, et donnent un éclairage intéressant sur le début de ce qui s’appellera la guerre d’Indochine.

Quelques mots sur l'auteur

Originaire de Clermont-Ferrand, François Gilard (1925-2018) intègre en décembre 1944 l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, promotion Veille au Drapeau. Après ce séjour en Indochine, sa carrière se poursuit dans l’infanterie de marine, en France et à l’international. Il passe en 2e section en 1985 comme général de corps d’armée.

Lorsqu’il présente l’école spéciale militaire de Saint-Cyr en juin 1943, un an après son baccalauréat, celle-ci vient d’être dissoute par l’occupant qui a envahi la zone libre. Il refuse alors une proposition d’intégrer la gendarmerie mobile.

Rappelé après la libération du territoire, il rejoint l’école spéciale militaire délocalisée à Cherchell en Algérie en décembre 1944 pour une formation accélérée de six mois. Il choisit à sa sortie d’école le 3e Régiment de tirailleurs algériens alors basé en Allemagne. Il se porte ensuite volontaire pour l’Indochine en mars 1946, et rejoint le corps expéditionnaire du général Leclerc.